Qu’est-ce que t’attends pour vendre des vinyles sur les mobiles ?

vinyle vinyl

50 000 vinyles écoulés en l’espace de huit mois, 300 ventes par jour : c’est la performance que réalise The Edit, une boutique en ligne de vente de vinyles par correspondance fondé par un ancien d’Amazon, essentiellement sur les mobiles.

Lorsque Facebook fut introduit en bourse en 2012, la compagnie réalisait un chiffre d’affaires de l’ordre de un milliard de dollars par trimestre. Au premier semestre 2016, il a été de 5,38 milliards de dollars, en hausse de 52 % sur un an, et cinq fois supérieur à ce qu’il était il y a quatre ans. Cette croissance des revenus de Facebook est liée à un facteur unique, relève Business Insider : la hausse de son chiffre d’affaires publicitaire sur les mobiles.

Plus de 1,5 milliard de personnes consultent leur compte Facebook chaque jour, dont près de 900 millions uniquement sur leur mobile. Les mobilenautes américains passent en moyenne une demi heure par jour sur la plateforme. C’est trois fois plus que sur Snapchat, la deuxième application la plus utilisée, selon Comscore. Et comme les utilisateurs de Facebook naviguent sans but ou destination particulière à l’esprit, ils sont très réceptif à la publicité, autant que les téléspectateurs passif de la télévision.

Facebook_revenue

C’est de plus en plus sur les mobiles que les choses se passent, et que l’on communique au quotidien via une multitude de canaux. Ce sont les mobiles qui nous tiennent informés et nous sollicitent en permanence. C’est avec les mobiles que l’on écoute nos playlists de musique préférées, que l’on reste en contact avec nos amis, nos connaissances, nos fans, nos clients. Et de plus en plus, c’est sur les mobiles que l’on consomme, dans les app stores, pour louer tel ou tel service, pour commander une pizza ou un bouquet de fleur, acheter un billet d’avion ou de concert…

bandsintownTicketmaster, géant américain de la billetterie en ligne (filiale du promoteur de concerts Live Nation) ne s’y est pas trompé, qui a décidé de multiplier les intégrations de son système de billetterie dans toute sorte d’applications mobiles. Premier rapprochement de ce type, la compagnie a ouvert ses interfaces de programmation (API) à l’application de découverte et de recommandation Bandsintown, qui avertit les fans des concerts qui peuvent les intéresser en ville. Le géant de la billetterie espère ainsi tenir plus de fans informés du passage d’un artiste qu’ils aiment ou peuvent aimer sur une scène locale, via leur mobile. Ils pourront désormais acheter un billet de concert sans quitter l’application Bandsintown. Selon les estimations de Ticketmaster, les taux de transformation devraient être cinq fois supérieurs.

Text-to-buy

Ancien directeur général chez Amazon, qui est la première boutique de CD au monde, David Cotter a lui aussi saisi cette perche du mobile au vol en créant la compagnie ReplyYes, qui a développé un agent conversationnel (ou chatbot) capable de dialoguer automatiquement via les systèmes de messagerie instantanée comme Facebook Messenger. Il s’appuie sur un système text-to-buy qui renvoie vers les boutiques électroniques de détaillants. Le mobilenaute reçoit une offre ciblée par message. Il n’a qu’à répondre “oui” (“reply yes”) pour acheter.

theedit

David Cotter a également créé un site de vente de vinyls en ligne, The Edit, qui a réalisé un chiffre d’affaires de un million de dollars depuis son lancement il y a huit mois. Pour une grand part, ce succès de The Edit repose sur le recours à la technologie de chatbot de ReplyYes. Les utilisateurs s’abonnent pour recevoir une recommandation d’album par message textuel chaque jour. Il peuvent répondre “oui” pour acheter, ou simplement dire s’ils aiment ou n’aiment pas, afin de renseigner l’application sur leurs préférences, ce qui permettra de mieux cibler les prochaines recommandations. S’ils répondent oui, un lien leur est communiqué pour procéder à l’achat en deux clics.

replyyesA ce jour, The Edit a vendu 50 000 vinyls par ce biais, à quelques dizaines de milliers d’abonnés à son service de recommandation textuelle automatisée sur mobile. “68 % de nos abonnés ont déjà acheté. 28 % ont acheté six albums ou plus au cours des six premiers mois”, confie David Cotter à AdWeek. The Edit, dont le chabot passe le relais à des humains lorsque l’abonné pose des questions ouvertes, comme il le ferait en s’adressant à un disquaire, vends quelques 300 vinyls par jour, essentiellement sur les mobiles. David Cotter croit dur comme fer à la pertinence d’une hybridation entre intelligence artificielle des chatbots et intervention humaine. Les investisseurs également. Sa compagnie ReplyYes a réalisé une levée de fond de 2,5 millions d’euros le mois dernier.

 

Inscrivez-vous à notre newsletter

et recevez les derniers articles du blog tous les lundis!

Nous respectons votre vie privée. Vous pouvez vous désabonner à tout moment.

About Philippe Astor

Journaliste, blogueur, franc tireur, libertaire, philosophe, hermétiste, guitariste, activiste, dillettante, libre penseur. @makno et http://rockthemusicbiz.blogspot.fr/