En studio avec PJ Harvey, qui vend ses sessions d’enregistrement

PJ Harvey recording in progress

On parle souvent sur ce site de la transformation des relations artistes/public – artistes/technologie – public/artistes. On parle aussi de revenus, moyens de monétisation, developpement….Du crowdfunding en passant par le merchandising.

On le dit aussi, l’album en lui même a perdu de l’intérêt, de l’attente (pourquoi: car on l’écoute en amont sur soundcloud, en pré-écoute sur les plates-formes, en écoute partout….) en faveur de ce qu’on appelle “l’experience”. Même si je deteste ce mot (my god, tout est devenu experience, même un concert on nous le vend comme une “expérience”), néanmoins avoir un accès privilégié à un artiste, à un travail, reste une expérience…Récemment j’ai offert à mon père une “experience” avec Paul Mac Cartney, avec soundcheck, concert privé et places devant la scène. Je me suis ruinée pour les 7 generations à venir, mais le bonheur de mon père à voir Mac Cartney de si près, et pouvoir assister à des moments privilégies comme les soundchecks font que même ruinée, je me rappellerai à vie de cette expérience….

Il y a quelques mois PJ Harvey a offert à ses fans la possibilité d’assister aux répétitions de son  nouvel album, dans le cadre particulier de son projet “Recording in Progress”. PJ Harvey avait choisi d’enregistrer son neuvième album à l’intérieur d’une installation architecturale conçue par Something & Son dans une aile de Somerset House à Londres. La structure, un studio d’enregistrement, en forme de boîte fermée,  affichant PJ Harvey, son groupe, les producteurs et les ingénieurs comme une multi-dimensionnelle sculpture sonore. Séparés du studio par des vitres sans tain, les spectateurs peuvent voir et entendre ce qui s’y déroule sans que les musiciens remarquent leur présence.

PJ Harvey avait mis en vente  3000 billets à 15£  chaque. La demande a été si massive que le serveur du site est tombé pendant plusieurs heures. Afin de répondre à toutes les demandes, elle a limité les billets à 4 par famille, et à seulement 2 créneaux par jour. Les sessions duraient 45 minutes, cinq jours sur sept.

Ses visiteurs ont ainsi pu experimenter en direct une session d’enregistrement à un moment donné dans le studio, du processus créatif à l’enregistrement.  Évidemment, il ne s’agit pas d’un évènement que peut mettre en place un nouvel artiste, mais pour un artiste établi, cela est aussi un moyen de faire participer ses fans, de l’impliquer même de loin à un processus créatif, de créer un projet spécial, remarquable et peut-être même un moyen de récupérer au moins les coûts d’enregistrement.

 

Inscrivez-vous à notre newsletter

et recevez les derniers articles du blog tous les lundis!

Nous respectons votre vie privée. Vous pouvez vous désabonner à tout moment.

About Virginie Berger

Virginie Berger est la fondatrice de DBTH (www.dbth.fr), agence spécialisée en stratégie et business développement notamment international pour les industries créatives (musique, TV, ciné, gastronomie), et les startups creative-tech. Elle est aussi l'auteur du livre sur "Musique et stratégies numériques" publié à l'Irma. Sur twitter: @virberg