Petites leçons de clip à l’usage des artistes

Aujourd’hui, c’est Xavier Paufichet, grand amoureux du clip,qui vous livre ses reflexions sur le clip, “pas cher et futé.”

Vous le savez, je parle beaucoup de clips (sur mon blog Re/Ec) mais aussi ici, sur Don’t Believe the Hype, avec les random videos.

Début 2011, je m’étais intéressé (en partenariat avec feu le site DirectWithArtist) aux clips pas chers et futés. Le format proposait donc des leçons de clip, que je vous relaie ici même.

Leçon de clip #1 : VOIR GRAND

Tout le monde peut faire un clip. Mais tout le monde ne peut pas faire un clip bien.

Leçon number one, donc : voir grand, avoir de l’ambition ! Ne nous leurrons pas, le but est de toucher les gens, de les impressionner, qu’ils vous facebookent, vous twittent et vous retwittent, vous tumblrent…

N’AYEZ PAS PEUR comme disait l’autre. Amusez vous. Amenez tous vos potes et délirez. Voyez grand donc.

Le petit groupe Hold Your Horses aurait pu se dire « on va retranscrire un tableau, genre le Radeau de la Méduse dans notre clip ». Bien. Mais pas assez. Puis en fait ils se sont dit « non, on va faire 25 tableaux ».

1 430 000 vues à ce jour. Qui dit mieux pour le premier clip d’un groupe jusqu’alors inconnu ?

L’équipe de Chroniclip leur consacrait d’ailleurs leur 4ème numéro, en présence de David Freymond, chef d’orchestre de cette fresque musicale.

Leçon de clip #2 : CHOISIR UN BON REAL

Cette 2ème leçon porte sur une idée relativement évidente, mais pas toujours appliquée : pour faire un joli clip, il faut choisir un bon réalisateur.

Qu’est ce alors qu’un bon réalisateur ? Tout simplement celui qui saura capturer l’essence de la chanson, et la rendre visuelle, sans forcément en faire des tonnes.

Certes, tout le monde ne peut pas se payer les services de Michel Gondry ou autres Jonas et François, mais heureusement, dans le paysage des réalisateurs de clips (et français), il y en a des bons et des plus abordables.

Un bon réalisateur, c’est aussi quelqu’un qui a un bon C.V. derrière lui.

C’est un peu ce qu’a fait Anything Maria : elle a contacté Hawaii Fantôme, qui avait avant réalisé des clips pour Alizée (Les Collines), Nasser (Come On) et plus récemment Kid Francescoli (One Moment). Son créneau ? Les lumières, les couleurs, la mise en avant des chanteurs.

On peut donc être une jeune artiste et obtenir les faveurs d’un chouette réal. Au fait, Anything Maria était la gagnante du concours SFR Jeunes Talents 2010 et a (du coup) été remixée par Yuksek. Ca donne pas envie tout ça ?

Leçon de clip #3 : AVOIR DE L’HUMOUR

L’humour est un art relativement compliqué à manipuler, et ce pour plusieurs raisons :

–       tout d’abord, il faut être sûr d’être drôle

–       le contexte doit être approprié

–       il faut s’assurer que l’auditoire sera réceptif

Tout cela n’est en rien incompatible avec les clips, surtout lorsque l’on fait de l’électro un peu branchée et que notre public est jeune, cool et dynamique. Cependant, il ne faut pas oublier l’une des règles d’or de l’humour énoncée par Hermann Hesse (un peu de littérature ne fait jamais de mal) : «  Tout humour un peu élevé commence par cesser de prendre au sérieux sa propre personne. » En d’autres termes : faites de l’humour sans vous en vanter et juste pour faire de l’humour.

Herr Styler l’a bien compris et nous offre ce superbe clip « Snow In Paris » qui respecte à la perfection ce que nous avons dit. En plus d’être assez décalé et drôle (donc), son clip est une jolie performance de réalisation de la part de Alexandra Taupiac.

Ce qu’on peut en tirer ? Soyez créatifs dans l’humour et le but sera aisément atteint.

Leçon de clip #4 : ETRE DANS L’AIR DU TEMPS

C’est bête, mais un clip, c’est aussi un instrument à manipuler avec précaution et qui doit être en phase avec les tendances. Tout le monde ne peut pas s’appeler Kanye West et créer de vraies modes de clips (comme avec le datamoshing sur Welcome To Heartbreak ou l’animé sur Heartless). Mais on peut essayer d’avoir des bonnes idées.

Etre dans l’air du temps permet également de prendre conscience de tous les outils qui sont à notre disposition. Et parfois il n’en faut pas beaucoup : Photoshop, PremierePro, VLC, Facebook, Twitter, YouTube, Vimeo … Autant de logiciels simples d’utilisation et de méthodes de diffusion efficaces et pratiques.

Le clip présenté dans cette leçon est à la fois un tutoriel de réalisation et une vidéo parfaitement maîtrisée. The Limousines, petit groupe ayant émergé en 2010, s’est donc doté d’un clip très 2.0 (donc très actuel) qui vous explique (presque) tout simplement la production de leur clip.

Enfin, la palme du clip pas cher et génial revient très aisément aux Black Keys avec leur fabuleux “Lonely Boy” : une seule prise de vue, un seul acteur, une danse, aucun effet. Un clip qui rappellerait presque les nombreuses vidéos damateurs de tecktonik qui se filmaient seuls en train de danser dans leur garage ou parfois dans le salon, une fois les parents sortis et la petite soeur couchée.

Pour la petite histoire, le clip de “Lonely Boy” était un accident … La première version du clip avait en fait été rejetée par le groupe. Acteur et agent de sureté, Derrick T. Tuggle s’est retrouvé à être filmer tout seul, alors que la version devait contenir 6 ou 7 personnes de plus. Comme quoi, il en faut parfois peu pour faire d’un clip une oeuvre originale et géniale !

(NDLR: Et si vous souhaitez plus d’infos sur le clip, vous pouvez aussi aller voir le dossier consacré aux subventions au clip : http://virginieberger.com/2011/02/dossier-aides-et-subventions-quelles-sont-les-aides-au-clip-dont-vous-pouvez-beneficier/)

Inscrivez-vous à notre newsletter

et recevez les derniers articles du blog tous les lundis!

Nous respectons votre vie privée. Vous pouvez vous désabonner à tout moment.

About Xavier Paufichet

Xavier Paufichet est chef de projets chez DBTH (dbth.fr), agence alternative d'accompagnement pour les artistes et industries créatives. Il gère aussi le site Re/Ec (http://www.re-ec.com) et selectionne chaque semaine sa random vidéo. Choix éclectiques, graphiques et subjectifs.

8 comments

En lisant cet article fort intéressant, plusieurs clips me sont revenus en tête et notamment :

– ceux de OK Go, qui s’illustrent pour leur grande originalité et leurs moyens limités : Needing/getting ( http://www.youtube.com/watch?v=MejbOFk7H6c ) ou encore Here it goes again : (http://www.youtube.com/watch?v=dTAAsCNK7RA&feature=related)
– celui d’Orelsan – Raelsan : http://www.youtube.com/watch?v=Qu3WOFqoQbQ&feature=relmfu (et je pourrais citer aussi Suicide Social)
et enfin celui de Lana del Rey – Video Games : http://www.youtube.com/watch?v=cE6wxDqdOV0&ob=av2n qui a réussi à se faire connaitre grâce à ce dernier.

Bref, merci pour cet article !

Bonjour DBTH !

Enfin j’ai l’occasion de poster un com’ sur ce fameux site !
voilà pour la lèche ça c’est fait…revenons au sujet 😉

Je rebondis donc sur le sujet, que j’ai encore une fois trouvé super intéressant,
pour vous faire tourner un clip réalisé par une connaissance avec qui j’ai eu la chance de bosser, Narcisse slameur suisse vraiment atypique, sur ses concert il intègre le média vidéo avec intelligence et le résultat est vraiment très réussi, pour la réalisation de son dernier clip (il fait tout seul) il a repris le concept interactif de ses vidéos pour l’appliquer a celui-ci, et le résultat est une fois de plus de grande qualité,

il s’agit d’un clip sous forme de séquences vidéos web (7 séquences au total) qui s’enchainent les unes après les autres pour former un tout, le fameux clip donc !

On a pour le coup un clip vraiment 2.0 intégrant les médias sociaux actuels, les technologies web et de l’humour auto-parodique, et qui est vraiment dans l’air du temps !!

Allez j’arrête d’en parler je vous le montre :

http://www.femmemecanique.com/

PS: CLIQUER SUR VOIR LE CATALOGUE EN LIGNE 😉

Merci Xavier Paufichet
c’est d’ailleurs lui qui nous avait fait un bel article pour Walking Skeleton de mokroïé.
Dans le genre Regardez Ecoutez…..la charte est bien remplie.
🙂

Merci

Leave a Reply

*