Wax Tailor vs Facebook…ça n’arrive pas qu’aux autres.

Quelle ne fut pas ma surprise d’avoir il y a 48 heures un Wax Tailor qui venait de se voir, comme ça, supprimer sa page perso et sa page fan. Et ses 146 000 fans avec.

Bon, Wax Tailor, il a quand même fait quelques petites choses dans la musique. 4 albums. 10 EP. 2 nominations aux Victoires de la Musique, 1 nomination aux Indie Music Awards, des tournées de plusieurs centaines de dates dans le monde entier dont le Nepal et l’Inde, des featuring, productions, réalisations de clip…Et 146 000 fans.

Mais voilà, Wax Tailor est un citoyen Facebook comme un autre. Avec ses 146 000 fans, son profil (facebook.com/waxtailor) et sa page fan (facebook.com/thewaxtailor) se sont vues subitement supprimées.

Alors vous me direz, qu’a t’il fait pour en arriver là? Et bien rien pensions nous naïvement. Peut-être envoyer le même jour des “bons anniversaires” à ses fans, “une vingtaine” me dit-il…Peut-être utiliser son nom de scène sur sa page perso comme pro. Bref, on ne sait rien. Nous avons contacté Facebook, suivi les procédures, relancer un contact Facebook français. Mais sans aucune réponse. Aucune explication. Aucune information. Silence radio. Silence web.

Et puis hier, grâce à un contact chez Facebook France (et merci à lui, encore une fois), le profil est remis en ligne. Alors on s’interroge? Qu’avons nous fait de mal? Pourquoi Papa Facebook a pris son martinet? Pourquoi le profil et la page perso ont été supprimées?

Et l’on m’explique, que d’abord “Read The Fuckin’ Manual!”, un artiste ne peut pas créer un profil privé sous son nom d’artiste. Parce que c’est pris comme un faux profil.

C’est vrai, quoi #RTFM me dit-on.

C’est à dire qu’un artiste, même s’il ne souhaite pas communiquer sous son vrai nom, même s’il est connu sous son nom de scène depuis 10 ans, par son entourage pro comme amical, il doit ouvrir un profil perso sous son vrai nom. Et ce n’est qu’à partir de ce “vrai” profil qu’il pourra faire reposer sa page fan. Donc si vous avez bien suivi, un profil privé crée sous votre nom d’artiste est un faux profil en fait. Bon à savoir.

Oui, mais si un artiste veut communiquer différemment sur les deux pages? A savoir n’ouvrir qu’un profil privé à des pros, entourage pro et autres et ouvrir la fan page aux fans. Et bien il pourra. Mais en utilisant son VRAI nom pour le profil privé. Même si personne ne vous connait sous ce nom là. Parce que communiquer sous son nom d’artiste sur son profil privé, et bien encore une fois, ce n’est pas possible. C’est un faux profil. C’est sale. Notre contact chez Facebook le comparait à “Toto dev” ou “Bob admin”. Tellement chouette de comparer le nom qu’un artiste porte depuis plus de 10 ans à Toto et Bob.

Et puis c’est vrai, c’est de ma faute. Comme on me l’a bien dit, “read the fuckin’ manual” qui explicite clairement “Conformément à notre Déclaration des droits et responsabilités, les profils Facebook sont conçus pour représenter des personnes individuelles. L’utilisation d’un profil pour représenter un groupe de musique, une entreprise ou une autre activité est en infraction avec nos règlements. Votre compte pourrait être désactivé en cas d’infraction à ces règles.”

INFRACTION, INFRACTION. Guéant, sors de ce corps!

Donc toi artiste, tu n’es pas une personne individuelle, tu es un faux compte. Tu veux communiquer comme bon te semble, ouhlala, mais tu prends des risques.

Sauf que, JC (le vrai prénom de Wax, parce que bon, c’est vrai, je vous le rappelle, ce n’est pas une personne individuelle), il a crée son profil privé il y a bien longtemps. Quand on pouvait, apparemment, s’organiser comme on le voulez.  Donc faut aussi “Read The Fucking Updates”? Sauf que I Have A Life aussi.

Nous sommes donc face à une décision arbitraire. Opaque. Unilatérale. Quelqu’un, ou quelque chose, a décidé de supprimer le profil de Wax Tailor, sans ménagement. Et en totale impunité. Qu’importe les dégâts causés.

Et là, vous me direz, ce n’est pas le premier. Non, c’est sûr. Et ça ne sera pas le dernier. Et puis pourquoi ne parler que de Wax Tailor alors que cela arrive tous les jours à d’autres moins connus. En effet, il y a quelques mois, un jeune groupe de Ska, les Skalopes, m’avait fait part du même problème. Et ils n’ont jamais récupéré leur profil. Ni jamais obtenu la moindre information. Ni jamais compris.

Car parler du problème Wax Tailor, c’est, je l’espère, faire émerger publiquement ce problème. Quelqu’un s’arroge le droit de collecter nos données personnelles et de les revendre, donc de vivre de nous, mais en refuse les responsabilités. Nos savons bien sûr que pour être sur Facebook nous devons accepter des CGV délirantes. Nous savons aussi que nous ne sommes pas obligés d’être sur Facebook. Mais que faire d’autre? Comment se priver de Facebook? S’en priver par contestation ne changera rien. Mais le combat est complètement disproportionné.

Et puis nous avons eu la chance de voir le profil réactivé en 48h. Peut être parce que nous avons pu nous adresser à un contact français. Peut être parce que Wax Tailor est un artiste influent. Mais pour un autre?

“WITH GREAT POWER COMES GREAT RESPONSABILITY” nous dit Uncle Ben dans SPIDERMAN

Traiter un artiste comme une entreprise, estimer qu’il n’est pas une personne individuelle, l’empêcher de communiquer comme bon lui semble, sous le nom qu’il souhaite, ce n’est pas du meilleur goût. Mais pire, comme disaient des artistes “on essaie tant bien que mal de prendre notre indépendance, de quitter la dépendance de l’industrie musicale, pour nous retrouver dans une autre forme de dépendance avec Facebook, et c’est pire“.

Et puis cela ne fait que confirmer ce que je répète depuis des mois. A tous les artistes avec lesquels je travaille. Parce que c’est bien Facebook. Mais ça ne remplacera jamais votre site. Cela ne doit JAMAIS le remplacer. Facebook Music arrive. Super. Et que se passe t’il si vous n’investissez que sur Facebook? Si celui-ci disparait, votre profil, votre musique et votre communauté disparaitront avec. Votre site web doit être au centre de toute votre stratégie online. Ce qui lui arrive peut arriver à tout le monde. A n’importe quel artiste. Du plus petit au plus gros.

Etonnant les coincidences. Nous apprenons que MySpace vient d’être revendu 35 M$ par Fox qui l’avait acheté 580 M$. Lorsque j’étais chez MySpace, j’avais dû faire face aux mêmes soucis avec une énorme marque dont le profil avait été supprimé par les US, arbitrairement. Et à l’époque, répondre à ce genre de problème, c’était le cadet de notre activité. Et aujourd’hui, MySpace est agonisant…Coincidence, je ne crois pas.

Alors bien sûr, rien ne nous oblige à être sur Facebook. Mais le pire là dedans, c’est que nous n’avons pas le choix. J’aurais envie de finir sur le premier point Godwin de ma courte carrière de scribouillarde, en disant que “INFRACTION INFRACTION, cela me rappelle les heures les plus sombres de notre histoire”, mais non. Alors comme disait un grand philosophe du 21e siècle, David Douillet, c’est INIMAGINAUX.


Illustration photo: “We want more”

Inscrivez-vous à notre newsletter

et recevez les derniers articles du blog tous les lundis!

Nous respectons votre vie privée. Vous pouvez vous désabonner à tout moment.

About Virginie Berger

Virginie Berger est la fondatrice de DBTH (www.dbth.fr), agence spécialisée en stratégie et business développement notamment international pour les industries créatives (musique, TV, ciné, gastronomie), et les startups creative-tech. Elle est aussi l'auteur du livre sur "Musique et stratégies numériques" publié à l'Irma. Sur twitter: @virberg

14 comments

C’est un rappel plus qu’utile vis à vis de Facebook.

On y touche aux limites de la modération par des bots et à celles du monopole.

Au final, ce genre de mésaentures va peut-être finir par donner un nouvel élan aux réseaux sociaux pro pour d’autres profils d’utilisateurs que les purs business ? FB pour la comm grand public, linkedin pour animer un réseau de partenaires pros au sens large ?

(wax est sur linkedin sous le pseudo wax tailor et a priori ca ne pose pas de soucis, par exemple)

J’espère que l’arrivée de Google+ amènera un peu plus de concurrence dans ce secteur, et tendra à des règles plus orientées utilisateur que les besoins commerciaux de ces géants.

Une normalisation et une interpolation des flux de données des réseaux sociaux seraient une bonne chose également, que quelque soit son choix de réseau social, on puisse recevoir, partager, sauvegarder et synchroniser ses données et échanges.

En attendant ces jours merveilleux, je suis totalement d’accord avec toi Virgine, sur l’importance de ne pas dépendre de tiers dont on ne maitrise pas la gestion de nos données qu’il s’agisse de nos publications, nos échanges, nos contacts, etc.

D’ailleurs, il faut être très vigilant sur l’incorporation des services tiers dans nos sites web. Par exemple, les boutons “like” à compteur, si viennent à être réinitialiser ou que les règles de comptage changent, passent du jour au lendemain de 1000 à 100 likes. Ce genre de données à une importance lorsque vous démarcher pour des concerts ou lors de vos contacts avec la presse.
Plus dangereux encore, si vous utiliser le système de commentaire Facebook sur votre site, certes cela permet une meilleur diffusion du contenu, mais ça vous rend dépendant du bon vouloir d’un tiers.
Il en va de même avec les systèmes de connections via facebook/twitter/etc. Ce n’est plus vous qui gérer les contacts, vous perdez donc des données, voire pire, le lien avec votre audience, et pour un artiste, c’est très dommageable surtout s’il s’agit du cœur de cible de votre fanbase.
Autre point que je vois comme dangereux, c’est l’utilisation excessive des adresses raccourcies. Si elles sont utiles sur Tweeter, je déconseille leur utilisation lorsque l’information doit être pérenne ,on n’est pas à l’abri que le service auquel vous faites appel réinitialise vos liens ou disparaisse.
Je me suis pris m’a propre adresse simplifiée et tant que je serais obligé de passer par un prestataire externe sur lequel je ne peux ni exporter ni sauvegarder mes données, je me contente de les utiliser que sur du flux éphémère comme Twitter.

Avant d’incorporer des services de sociétés externes, posez vous ces 3 questions :
– Est-ce un service stratégique ?
– D’autres fournisseurs offre t’il un service similaire et puis-je transférer facilement mes données de l’un à l’autre.
– Puis-je faire des sauvegardes et sont t’elles exploitables facilement ?

Si vous répondez oui et deux fois non, repenser votre approche. Et dans l’absolue, ça vaut pour tout, le choix de votre hébergeur, de votre CMS, et même les différents prestataires traditionnels avec lesquels vous aurez l’occasion de travailler.

P.-S. :J’aime les fuckin’ manual qui changent tous les deux jours sans notification, sans résumé et est aussi long et bien écrit que le code civil.

Si je regard mes amis Facebook il y en a beaucoup qui utilisent des noms de groupe où d’artiste. Ils risquent tous d’avoir leurs comptes supprimés, mais ils sont peut-être trop insignifiant pour Facebook pour qu’ils soit repéré. Le cas de Wax Tailor sert peut-être à faire peur aux utilisateurs pour qu’ils respectent plus le réglement.

Ce que je trouve intéressant c’est pourquoi les groupes, artistes etc. créent plutôt un profil qu’une page. C’est peut-être parce qu’ils sont plus habitué à comment fonctionne un profil et ont l’impression qu’une page c’est limitant. Je pense que beaucoup de gens ne savent pas vraiment la difference entre un profil, une page et un groupe, et ça c’est un peu la faute à Facebook qui communique mal à ce sujet. Mais ils ont l’air d’être conscient de cette utilisation massive et non-réglèmentaire du profil car ils ont ajouté une nouveauté aux Pages qui permet d’être connecté en tant que sa Page. La différence entre le profil et la page se creuse.

Mais peut-être que ces statistiques de PageLever explique pourquoi les pages sont moins attractives. Seuls 2,8% à 9,3% de vos fans voient les statuts de votre Page Facebook !

Pour apporter un autre élément de réponse à Justin, certains membres de groupe créent leur propres profils car bien souvent les fans aiment avoir accès directement à leur interlocuteur. Sur une page de groupe, tous les membres peuvent être administrateurs et tu ne sais pas forcément qui répond derrière (le batteur ? le chanteur ? le tourneur ? ) Le profil permet d’avoir un lien plus direct avec les fans je pense.

Pour répondre a justin n’est pas forcement parcequ’un artiste ne sait pas faire la difference. mais un profil en ton nom tu n’as pas forcement envie d’en avoir un, et pourtant tu dois creer un profil pour creer une page. De plus une page ne te permet pas de recevoir de message privés par exemple. Or quelqu’un qui voudrait contacter wax tailor en direct (sans etaller tout le truc sur son mur) ne pourrait pas le faire, alors qu’en passant par le profil il le pouvait.

En fait, tu peux parfaitement créer une page Facebook sans avoir de profil, simplement à partir d’un mail (je le sais, je l’ai déjà fait…). Mais effectivement, dans ce cas, tu es limité pour plusieurs choses. Tu ne peux pas aimer ni commenter d’autres pages. Et Facebook te relance souvent dans ta boite mail pour t’inciter à créer un profil. Sans compter que pour une raison inconnue, tu ne peux pas envoyer d’invitations sur base de mails à tes contacts éventuels.

Bref, tu peux créer une page sans avoir un profil, mais Facebook t’en fais payer le prix.

Vivement qu’une véritable concurrence s’installe.

Ah ok ca, je n’etais pas au courant! mais en effet c’est tres limitant. Tu peux creer une page mais pas vraiment interagir avec tes fans donc ca perd beaucoup d’interet. Mais c’est bon à savoir

google n’a rien annoncé en ce qui concerne les “pages”
ce que l’on sait: il existe déjà la possibilité de créer des pages pour les entreprises, les asso etc mais c’est plus du côté du référencement par adresse postale que cela se passe (http://www.google.fr/places)

mais pour les artistes, les sans adresses fixes (exemple moi qui travaille et compose et workshop partout dans le monde) et ben … je sais pas 🙂

Exact !
C’est exactement ce qui est arrivé à la page des Ogres de Barback avec 54 000 fans en juin dernier !

Leave a Reply

*